Se glorifier seulement de la croix

Galates 6:14

« Quant à moi, certes non! Je ne me glorifierai de rien d’autre que de la croix de notre Seigneur Jésus-Christ, par qui le monde est crucifié pour moi, comme je le suis pour le monde! »

Vous n’avez pas besoin de savoir beaucoup de choses pour que votre vie ait un impact sur le monde. Mais il faut que vous connaissiez quelques grandes choses qui ont de l’importance, puis il faut que vous ayez la volonté de vivre pour elles et de mourir pour elles. Les personnes qui ont une influence durable sur le monde ne sont pas celles qui maîtrisent beaucoup de choses, mais celles qui ont été maîtrisées par quelques grandes choses. Si vous voulez que votre vie compte, si vous voulez que les ondes de la pierre que vous laissez tomber dans l’eau atteignent les extrémités de la terre et continuent à se répandre pendant des siècles jusqu’à l’éternité, il n’est pas nécessaire d’avoir un QI ou un QE très élevé ; il n’est pas nécessaire d’être beau ou riche ; il n’est pas nécessaire de venir d’une bonne famille ou d’une école réputée. Il suffit de connaître quelques grandes, majestueuses, immuables, évidentes, simples, et glorieuses choses et de se laisser enflammer par elles.

Mais je sais que tout le monde dans l’assistance n’a pas envie d’avoir un impact sur le monde. Vous êtes des centaines, peu importe si vous avez un impact durable en faisant de grandes choses, vous voulez simplement qu’on vous aime. Si seulement les gens vous aimaient, vous seriez satisfait. Si vous pouviez seulement avec un bon travail et une gentille femme avec quelques beaux enfants, une belle voiture et de longs week-ends, quelques bons amis, une retraite agréable, une mort rapide et sans douleur et ne pas aller en enfer. Si vous pouviez avoir tout ça (sans Dieu), vous seriez satisfait. Mais il s’agirait malgré tout d’une tragédie.

Il y a trois semaines, nous avons appris la nouvelle dans notre église, que Ruby Eliason et Laura Edwards sont décédées au Cameroun. Ruby avait plus de 80 ans. Elle a été célibataire toute sa vie, et elle a donné toute sa vie pour une seule grande chose : Faire connaître Jésus-Christ parmi les populations non-atteintes, les pauvres et les malades. Laura était veuve, elle était médecin, elle allait sur ses 80 ans, et elle servait aux côtés de Ruby au Cameroun. Les freins de leur voiture ont lâché, elle a plongé dans un ravin et Ruby et Laura ont toutes deux été tuées sur le coup. J’ai demandé à mon église : est-ce que c’était une tragédie ? Deux vies, consacrées à une grande vision, passées à servir les pauvres qui meurent de façon anonyme pour la gloire de Jésus-Christ, deux décennies après que leurs compères américains aient pris leur retraite pour dilapider leur vie dans des futilités en Floride ou au Nouveau Mexique. Non. Ce n’est pas une tragédie. C’est une gloire.

Je vais vous dire ce qu’est une tragédie. Je vais vous lire cette tragédie dans le Reader’s Digest (Fév. 2000, p 98) : « Bob et Penny… ont pris leur préretraite dans le nord-est il y cinq années, alors qu’il avait 59 ans et elle 51 ans. Maintenant, ils vivent à Punta Goda, en Floride, où ils naviguent sur leur bateau de 9 mètres, ils jouent au softball et ramassent des coquillages. » Le Rêve Américain : arriver à la fin de sa vie, son unique vie, et que la dernière grande œuvre dont vous aurez à rendre compte à votre Créateur est « Regarde, j’ai ramassé des coquillages. » Ça, c’est une tragédie. Les gens dépensent des milliards de dollars aujourd’hui pour vous persuader de réaliser ce rêve tragique. Et j’ai quarante minutes pour vous dissuader de vous limiter à de tels projets.

Ne gaspillez pas votre vie. Elle est trop courte et trop précieuse. J’ai grandi dans une famille où mon père s’est dépensé en tant qu’évangéliste pour apporter l’Evangile de Jésus-Christ aux perdus. Il avait une vision dévorante : Prêcher l’Evangile. Il y avait une plaque dans notre cuisine pendant toutes les années de mon enfance. Elle est maintenant suspendue dans notre salon. Je l’ai regardée presque tous les jours pendant 48 ans. Elle dit : « Seulement une vie, qui sera vite passée. Seul ce qui est fait pour Christ restera. »

Me voici aujourd’hui à One Day dans un sens en tant que père. J’ai 54 ans et j’ai quatre fils et une fille. Karsten a 27 ans, Benjamin a 24 ans, Abraham a 20 ans, Barnabas a 17 ans. Talitha a quatre ans. Peu de choses me préoccupent ces derniers mois et années en dehors du fait de voir mes fils ne pas gaspiller leur vie dans une réussite fatale.

Alors je vous regarde comme des fils et des filles et je vous parle comme un père, peut-être le père que vous n’avez jamais eu. Ou le père qui n’a jamais eu une vision comme la mienne ou celle que Dieu a pour votre vie. Ou bien le père qui a une vision pour vous, mais elle concerne seulement l’argent et votre statut social. Je vous vois comme des fils et des filles et je vous dis : utilisez votre vie pour vous battre pour quelque chose de grand, qui comptera pour l’éternité. Ne passez pas votre vie sans prendre de risques et sans passion.

L’une des raisons pour lesquelles j’apprécie la vision de Passion 98, de Passion 99 et de One Day est que la déclaration 268 est si clairement le but de ma vie. Cette déclaration est basée sur Esaïe 26:8 : « Oui, sur le chemin que tu commandes de suivre, nous comptons sur toi, Seigneur. Prononcer ton nom, faire appel à toi, voilà ce que tout cœur désire. » Il ne s’agit pas seulement d’un corps, mais d’une âme, non pas seulement d’une âme, mais d’une âme animée d’une passion et d’un désir. Il ne s’agit pas seulement d’un désir d’être apprécié ou de jouer au softball et de ramasser des coquillages, il s’agit du désir de quelque chose d’infiniment plus grand, d’infiniment plus beau, et d’une valeur infiniment plus grande et infiniment satisfaisante, le nom et la gloire de Dieu. « Prononcer ton nom, faire appel à toi, voilà ce que tout cœur désire. »

C’est ce pourquoi je vis et j’ai hâte de le vivre. La déclaration de la mission de ma vie et de l’église que je sers : Nous existons, j’existe pour répandre une passion pour la suprématie de Dieu en toutes choses pour la joie de tous les peuples. »

Il n’est pas nécessaire de formuler les choses ainsi. Il n’est pas nécessaire de les formuler comme Louie Giglio (ou comme Beth Moore, ou comme Voddie Baucham).

Mais quoi que vous fassiez, trouvez votre passion et trouvez un moyen de la dire de la vivre et de mourir pour elle. Et vous arriverez à avoir un impact durable. Vous serez comme l’apôtre Paul. Personne n’a jamais eu une vision si claire et déterminée pour sa vie que Paul. Il l’exprimait de différentes façons.

Actes 20:24 : « Mais je ne fais aucun cas de ma vie, comme si elle m’était précieuse, pourvu que j’accomplisse avec joie ma course, et le ministère que j’ai reçu du Seigneur Jésus: rendre témoignage à la bonne nouvelle de la grâce de Dieu. »

Une seule chose avait de l’importance : courir, et terminer la course.

Philippiens 3:7-8: « Et même je considère tout comme une perte à cause de l’excellence de la connaissance du Christ-Jésus, mon Seigneur. A cause de lui, j’ai accepté de tout perdre, et je considère tout comme des ordures, afin de gagner Christ. »

Comment puis-je vous aider ? Comment Dieu peut-il m’utiliser à ce moment précis, à One Day pour éveiller en vous une passion unique pour une seule grande réalité qui fera tomber vos chaînes et qui vous libérera de vos petits rêves pour vous envoyer aux extrémités de la terre ?

Je crois que la réponse que Dieu m’a donnée est la suivante : Montre-leur un des versets des Ecritures qui est aussi proche que possible du centre de la cible et montre-leur pourquoi Paul a dit cela à ce moment-là.

Voici ce que dit le verset de Galates 6:14 : « Quant à moi, certes non! Je ne me glorifierai de rien d’autre que de la croix de notre Seigneur Jésus-Christ, par qui le monde est crucifié pour moi, comme je le suis pour le monde! »

Ou pour dire les choses de façon positive : Glorifiez-vous uniquement de la Croix de Jésus-Christ. Une Seule idée. Un seul but. Une seule passion. Glorifiez-vous en une seule croix. Ce verbe peut se traduire : jubiler, se réjouir. Ne jubilez que dans la croix de Christ. Ne vous réjouissez que dans la croix de Christ. Paul dit que ce soit votre seule passion, votre seule gloire, joie et jubilation. Pendant ce grand moment appelé One Day (un jour), s'il y a UNE CHOSE que vous devez aimer, la seule chose que vous devez chérir, celle qui doit vous réjouir, la chose dans laquelle vous devez jubiler, c'est la croix de Jésus-Christ.

Ceci est choquant pour deux raisons :

  1. Premièrement, c’est comme si nous disions : Glorifiez-vous uniquement dans la chaise électrique. Glorifiez-vous uniquement dans la chambre à gaz. Glorifiez-vous uniquement dans l’injection mortelle. Que votre seule gloire, joie et jubilation soit dans le lynchage. « Je ne me glorifierai de rien d’autre que de la croix de notre Seigneur Jésus-Christ » dit Galates 6:14. Aucun mode d’exécution n’a jamais été inventé qui soit plus cruel que le fait d’être cloué sur une croix. C’était terrible. Vous n’auriez pas pu regarder une telle mort sans crier, sans vous arracher les cheveux ou déchirer vos vêtements. Et pire encore s’il s’agissait de l’ultime passion de votre vie.

  2. Ceci est choquant dans la bouche de Paul. La deuxième raison est qu’il déclare que cela doit être la seule chose dont on doit se glorifier. La seule joie, la seule jubilation. « Je ne me glorifierai de rien d’autre que de la croix de notre Seigneur Jésus-Christ. »

Que veut-il dire par là ? Vraiment ? Rien d’autres ? Pas d’autre joie que la croix de Jésus, la mort de Jésus ?

Est-ce que Paul utilise le même mot « se glorifier », ou « jubiler » pour dire autre chose ? Par exemple :

Romains 5:2 : « Nous nous glorifions dans l’espérance de la gloire de Dieu. »

Romains 5:3 : « Nous nous glorifions même dans les tribulations, sachant que la tribulation produit la persévérance. »

2 Corinthiens 12:9 : « Je me glorifierai donc bien plus volontiers de mes faiblesses, afin que la puissance de Christ repose sur moi. »

1 Thessaloniciens 2:19 : « Qui donc est en effet notre espérance, notre joie, notre couronne de gloire ? N’est-ce pas vous aussi, devant notre Seigneur Jésus, à son avènement? »

Si Paul peut se glorifier dans toutes ces choses, que veut-il dire quand il affirme : « Je ne me glorifierai de rien d’autre que de la croix de notre Seigneur Jésus-Christ. » ?

Qu’est-ce que cela signifie ? Est-ce que c’est un double langage? Jubiler dans une chose et dire qu’une seule autre chose vous fait jubiler ? Non. Il y a une raison très profonde pour laquelle Paul dit cela : Que tout exultation, toute gloire ressentie soit le fait de se réjouir dans la croix de Jésus-Christ.

Il veut dire que, pour les chrétiens, toute occasion de se réjouir, devrait aussi être une glorification de la croix. Toute exultation en toute autre chose devrait être une exultation en la croix. Si vous exulter dans l’espérance de la gloire vous devriez exulter dans la croix de Christ. SI vous exultez dans la tribulation parce que la tribulation travaille l’espérance, vous devriez exulter dans la croix de Christ. Si vous exultez dans votre faiblesse, ou dans le peuple de Dieu, vous devriez exulter dans la croix de Christ.

Pourquoi est-ce le cas ? Pour la raison suivante : pour les pécheurs rachetés, toute bonne chose, toute chose mauvaise que Dieu change finalement en bien, a été obtenue pour nous par la Croix de Christ. En dehors de la mort de Christ, les pécheurs n’obtiennent que le jugement. En dehors de la croix de Christ, il n’y a que condamnation.

Tout ce que vous appréciez en Christ en tant que chrétien, en tant que personne mettant sa confiance en Christ, vient de la mort de Christ. Lorsque vous vous réjouissez en toutes choses, vous vous réjouissez donc en la croix, où toutes vos bénédictions ont été payées au prix de la mort du Fils de Dieu, Jésus-Christ.

L’une des raisons pour lesquelles nous ne sommes pas aussi centrés sur Christ que nous devrions l’être, ni reconnaissants pour la croix, est la suivante : Nous n’avons pas réalisé qu’absolument tout, toutes les bonnes choses et les mauvaises choses que Christ change en bien pour ses enfants rachetés, toutes choses ont été rachetées par la mort de Christ pour nous. Nous prenons simplement comme un dû notre vie, le fait que nous respirons, notre santé, nos amis et tout ce que nous avons. Nous pensons que toutes ces choses nous reviennent de droit. Mais la réalité est que cela ne nous reviens pas de droit.

Nous en sommes doublement indignes.

1) Nous sommes des êtres créés et notre Créateur n’avait pas l’obligation de nous donner quoi que ce soit, ni la vie, ni la santé, ni toute autre chose. Il donne et il prend, sans nous faire aucune injustice.

2) Nous sommes des créatures qui n’ont rien à réclamer à leur Créateur et nous sommes aussi des pécheurs. Nous sommes indignes de partager sa gloire. Nous l’avons ignoré et nous lui avons désobéi, nous avons échoué à l’aimer et à lui faire confiance. La colère de sa justice est déclenchée contre nous. Son jugement est tout ce que nous méritons. Et donc chacune de nos inspirations, chaque battement de notre cœur, chaque jour où le soleil se lève, chaque fois que nous pouvons utiliser nos yeux pour voir, nos oreilles pour entendre, notre bouche pour parler, ou nos jambes pour marcher est un cadeau gratuit et non-mérité à des pécheurs qui ne méritent que le jugement de Dieu.

Qui nous a acheté ces cadeaux ? Jésus-Christ. Comment les a-t-il achetés ? Par son sang.

Chaque bénédiction que nous recevons est destinée à glorifier la croix de Christ, ou bien pour dire les choses autrement, chaque bonne chose est destinée à magnifier Christ crucifié. Par exemple, nous avons cassé notre voiture Dodge Spirit la semaine dernière, mais personne n’a été blessé, et j’exulte dans le fait que personne n’ait été blessé. Je suis dans la joie pour cela. Mais pourquoi personne n’a-t-il été blessé ? C’est un cadeau pour moi et ma famille, un cadeau qu’aucun de nous ne méritait. Nous sommes pécheurs et par nature des enfants de colère, séparés de Christ. Alors comment avons-nous pu bénéficier d’un tel cadeau ? Réponse : Christ est mort pour nos péchés sur la croix, et a éloigné de nous la colère de Dieu, il nous a mis en sécurité. Même si nous ne le méritons pas, la grâce omnipotente de Dieu transforme toute chose pour notre bien.

L’assurance nous a donné 2800 dollars pour cette voiture. Noëlle a pris cet argent pour aller dans l’Iowa et elle a acheté une Chevy Lumina 92 qu’elle a ramenée à la maison malgré la neige. Et maintenant, nous avons une nouvelle voiture. J’exulte dans la grâce stupéfiante de tant de bonté. Juste comme ça. Vous cassez votre voiture. Vous vous en sortez indemne. L’assurance vous dédommage, et vous achetez une autre voiture. Et vous continuez votre vie comme si rien ne s’était passé. Je suis très reconnaissant, j’incline ma tête et je suis dans la joie pour les bonnes choses qui nous arrivent, même ces petites choses matérielles. D’où viennent toutes ces bontés ? Si vous êtes un pécheur racheté, croyant en Jésus, elles viennent de la croix. En dehors de la croix, il n’y a que du jugement. Il peut y avoir de la patience et de la miséricorde pour un temps, mais si nous la repoussons, cette miséricorde intensifie le jugement. Chaque cadeau que nous recevons est acheté par le sang de Christ. Et c’est à cause de la croix que nous sommes dans la gloire et l’exultation.

Malheur à moi, si j’exulte pour une bénédiction sans exulter pour la croix de Christ.

Une autre façon de dire cela est que le dessein de la croix est la gloire de Christ. Le but de Dieu dans la croix est que Christ soit honoré. Lorsque Paul dit dans Galates 6:14 : « Quant à moi, certes non! Je ne me glorifierai de rien d’autre que de la croix de notre Seigneur Jésus-Christ. » Il dit que la volonté de Dieu est que la croix soit toujours magnifiée, que Christ crucifié soit toujours notre gloire, notre exultation, notre joie et notre louange, que la gloire revienne à Christ, ainsi que notre reconnaissance et l’honneur pour toutes les bonnes choses qui arrivent dans notre vie, et aussi pour toutes les mauvaises que Dieu transforme en bien.

Mais, maintenant, voici une question : si c’est le but de Dieu dans la mort de Christ, que Christ crucifié soit honoré et glorifié en toutes choses, alors comment Christ peut-il recevoir la gloire qu’il mérite ? La réponse est la suivante : Il est primordial que les enfants, les jeunes et les adultes reçoivent l’enseignement que les choses doivent être ainsi. Ou pour dire les choses autrement : la source de notre exultation dans la croix de Christ est l’éducation que nous recevons sur la croix de Christ.

C’est mon travail : de donner gloire à Jésus en vous enseignant ces choses. Votre travail est ensuite de donner davantage de gloire à Jésus en agissant dans ce sens et en enseignant ces choses à d’autres personnes. L’éducation sur la personne de Jésus a pour but notre exultation en Lui. Et si nous voulons qu’il n’y ait pas d’exultation en dehors de la croix, nous devons rechercher l’enseignement de la croix et sous la croix.

Ou peut-être devrions-nous dire « sur la croix ». L’éducation concernant la croix nous entraînera à l’exultation de la croix. Qu’est-ce que je veux dire ?

Regardez la suite du verset 14 : « Quant à moi, certes non! Je ne me glorifierai de rien d’autre que de la croix de notre Seigneur Jésus-Christ, par qui le monde est crucifié pour moi, comme je le suis pour le monde! » Nous glorifions la croix de Christ lorsque nous sommes sur la croix. Est-ce que ce n’est pas ce que le verset 14 dit ? Le monde a été crucifié pour moi, et j’ai été crucifié pour le monde. Le monde est mort pour moi et je suis mort pour le monde. Pourquoi ? Parce que j’ai été crucifié. Nous apprenons à nous glorifier de la croix et à exulter à cause de la croix lorsque nous sommes sur la croix.

Qu’est-ce que cela signifie ? Quand est-ce que c’est arrivé ? La réponse se trouve dans Galates 2:20 : « Je suis crucifié avec Christ, et ce n’est plus moi qui vis, c’est Christ, qui vit en moi; ma vie présente dans la chair, je (la) vis dans la foi au Fils de Dieu, qui m’a aimé et qui s’est livré lui-même pour moi. » Lorsque Christ est mort, nous sommes morts avec lui. La signification glorieuse de la mort de Christ est que lorsqu’il est mort, tous les siens sont morts avec lui. Cette mort, pour nous tous, est devenue notre mort lorsque nous sommes unis à Christ par la foi.

Mais vous dites : « Ne suis-je pas vivant ? Je me sens vivant. » Hé bien, c’est ici que nous avons besoin d’enseignement. Nous devons apprendre ce qui s’est produit pour nous à ce moment-là. Il est important qu’on nous enseigne ces choses. C’est pourquoi Galates 2:20 et 6:14 sont dans la Bible. Dieu nous enseigne ce qui s’est produit pour nous, afin que nous puissions nous connaître et connaître la façon dont Dieu agit en nous et nous devons exulter en lui et en son Fils et dans la croix.

Alors nous relisons Galates 2:20 pour voir que, oui, nous sommes morts, et en lui nous sommes vivants. « Je suis crucifié avec Christ, [donc je suis mort, et il continue] et ce n’est plus moi qui vis, c’est Christ, qui vit en moi [pourquoi ? Parce que je suis mort, c'est-à-dire, mon vieil être rebelle et incrédule est mort, et il continue]; ma vie présente dans la chair [donc, oui, je suis vivant, mais il ne s’agit pas du même « je » que le « je » qui est mort], je (la) vis dans la foi au Fils de Dieu, qui m’a aimé et qui s’est livré lui-même pour moi. » Autrement dit, le nouveau moi qui vit est le nouveau moi qui a la foi. La nouvelle création vit. Le croyant vit. Le vieil homme est mort sur la croix avec Jésus.

Et si vous vous demandez : « quelle est la clé qui permet de me relier à cette réalité ? Comment puis-je m’approprier cela ? La réponse est impliquée dans les paroles écrite sur la foi dans Galates 2:20 : « Ma vie présente dans la chair, je (la) vis dans la foi au Fils de Dieu. » C’est le lien. Dieu vous lie à son Fils par la foi. Et en faisant cela, il crée un lien avec le Fils de Dieu afin que sa mort devienne votre mort et que sa vie devienne votre vie.

Ramenez maintenant tout cela à Galates 6:14 : « Quant à moi, certes non! Je ne me glorifierai de rien d’autre que de la croix de notre Seigneur Jésus-Christ, par qui le monde est crucifié pour moi, comme je le suis pour le monde! » Ne vous glorifiez de rien d’autre que de la croix.

Est-ce que je peux maintenant devenir radicalement centré sur la croix, afin que toute mon exultation trouve sa source dans la croix ? Réponse : Réalisez que lorsque Christ est mort sur la croix, vous êtes mort aussi ; et lorsque vous avez mis votre confiance en lui, cette mort a pris effet dans votre vie. Paul dit qu’il s’agit de votre mort au monde et de la mort du monde pour vous. (C'est-à-dire que pour vous le monde avec ses convoitises n’a plus d’attrait.)

Ce qui signifie : Lorsque vous mettez votre confiance en Christ, votre lien avec le monde est brisé ainsi que ce que le monde vous fait miroiter. Vous êtes un corps pour le monde, et le monde est un corps pour vous. Ou pour dire des choses de façon positive, selon le verset 15, vous êtes une nouvelle création. Le vieil homme est mort. Une nouvelle personne en vous est vivante en vous. La nouvelle personne en vous c’est l’homme de foi. Et ce que la foi exulte n’est PAS le monde, mais Christ, et surtout Christ crucifié.

C’est ainsi que vous devenez centré sur la croix, au point que vous pouvez dire avec Paul : « Je ne me glorifierai de rien d’autre que de la croix de notre Seigneur Jésus-Christ. » Le monde n’est plus mon trésor. Il n’est pas la source de ma vie, de ma satisfaction, ni de ma joie, mais c’est Christ qui est la source de ma vie.

Mais le fait de ne pas avoir été blessé dans l’accident ? Le paiement de l’assurance ? Est-ce que tu n’as pas dit que tu te réjouissais de ces choses ? Est-ce qu’il ne s’agit pas du monde ? Es-tu mort pour le monde ?

Je pourrais l’être. J’espère que je le suis. Parce qu’être mort pour le monde ne signifie pas qu’il faut être dans le monde. Et cela ne signifie pas non plus que le monde ne nous inspire aucune émotion, négative ou positive (1 Jean 2:15; 1 Timothée 4:3). Cela signifie que chaque plaisir légitime du monde devient une preuve de l’amour de Dieu, racheté par le sang, et une occasion de se glorifier dans la croix. Nous sommes morts au paiement de l’assurance lorsque l’argent n’est pas ce qui nous satisfait, mais Christ crucifié, celui qui donne, celui qui nous satisfait. Lorsque nos cœurs remontent le flot de la bénédiction jusqu’à la source de la croix, alors la partie mondaine de la bénédiction est morte et Christ crucifié est présent en toute chose.

C’est le but de l’éducation à l’exultation dans la croix. Oh que Dieu nous donne de rêver, de planifier, de travailler, de donner, d’enseigner et de vivre pour la gloire de Christ, le ressuscité !

©2014 Desiring God Foundation. Used by Permission.

Permissions: You are permitted and encouraged to reproduce and distribute this material in physical form, in its entirety or in unaltered excerpts, as long as you do not charge a fee. For posting online, please use only unaltered excerpts (not the content in its entirety) and provide a hyperlink to this page. For videos, please embed from the original source. Any exceptions to the above must be approved by Desiring God.

Please include the following statement on any distributed copy: By John Piper. ©2014 Desiring God Foundation. Website: desiringGod.org