Dieu nous affermit par l’Evangile

Romains 16:25–27

25 A celui qui a le pouvoir de vous affermir selon mon Évangile et la prédication de Jésus-Christ, conformément à la révélation du mystère tenu secret dès l’origine des temps,
26 mais manifesté maintenant par les Écrits prophétiques, d’après l’ordre du Dieu éternel, et porté à la connaissance de toutes les nations en vue de l’obéissance de la foi, — 27 à Dieu, seul sage, la gloire, par Jésus-Christ, aux siècles des siècles! Amen!

Aujourd’hui nous commençons l’étude du dernier paragraphe de la lettre la plus importante qui ait été écrite, la lettre de Paul aux Romains.

Une conclusion graduelle

Ce dernier paragraphe (Romains 16:25-27) rassemble tant de thèmes cruciaux présentés dans cette lettre qu’il offre une très bonne occasion de conclure graduellement. Nous n’allons pas terminer cette étude de façon abrupte. J’ai l’intention de passer cinq sessions sur ces trois versets, ce qui signifie que je terminerai l’étude de l’épître aux Romains le Dimanche 24 décembre, la veille de Noël. Priez avec moi que Dieu fasse de ce temps de l’avent un moment fort pour élever Christ et pour voir des personnes venir à la foi et être édifiées en lui.

La doxologie attire notre attention sur la gloire de Dieu

Les trois derniers versets de l’épître aux Romains sont ce que nous appelons généralement une doxologie. Ce mot vient du grec doxa, qui signifie gloire, et logos qui signifie parole. Une doxologie est une parole qui donne gloire à Dieu. La conviction derrière les doxologies du Nouveau Testament est que tout existe et tout arrive pour attirer notre attention sur la gloire de Dieu. C’est pourquoi les doxologies ont tendance à être formulées à des moments cruciaux ou bien en fin de prédications ou d’écrits. Je me joins à Paul pour dire que tout ce que j’ai dit jusqu’ici attirera toute l’attention sur la gloire de Dieu, c’est ma prière.

Paul commence donc la doxologie qui conclut son message au verset 25 (« A celui qui a le pouvoir… »). En écrivant cela, il veut terminer par une doxologie et donner gloire à Dieu, mais il ne peut se résoudre à terminer simplement par « à Lui soit la gloire. » Au lieu de cela, il insère une plusieurs phrases parlant de Dieu le Père, et de l’Evangile qu’il a écrit dans les seize chapitres précédents. Puis il revient au fait de rendre gloire à Dieu dans le verset 27, les derniers mots de la lettre. Mettons côte à côte le début et la fin de ce paragraphe à partir du verset 25 et le verset 27 : « A celui qui a le pouvoir… [27] à Dieu, seul sage, la gloire, par Jésus-Christ, aux siècles des siècles! Amen! »

Ce n’est pas le seul endroit où Paul a écrit une doxologie. Il y en a une dans Romains 11:36 à l’apogée des onze premiers chapitres avant que Paul ne commence à parler des implications plus immédiates de ce qu’il venait d’enseigner : « Tout est de lui, par lui et pour lui! A lui la gloire dans tous les siècles. Amen! » (Voire aussi Philippiens 4:20 et Ephésiens 3:20-21).

Paul n’était pas le seul à aimer les doxologies. Pierre dit dans 1 Pierre 4:11 : « afin qu’en toutes choses Dieu soit glorifié par Jésus-Christ, à qui appartiennent la gloire et la puissance aux siècles des siècles. Amen! » L’apôtre Jean dit dans Apocalypse 1:5-6 : « A celui qui nous aime, qui nous a délivrés de nos péchés par son sang, et qui a fait de nous un royaume, des sacrificateurs pour Dieu son Père, à lui la gloire et le pouvoir aux siècles des siècles! Amen! » Et Jude, le frère du Seigneur, a écrit la doxologie la plus connue (Jude 1:24-25) : « A celui qui peut vous préserver de toute chute et vous faire paraître devant sa gloire, irréprochables dans l’allégresse, à Dieu seul, notre Sauveur, par Jésus-Christ notre Seigneur, soient gloire, majesté, force et autorité dès avant tous les temps, maintenant et dans tous les siècles! Amen! »

Lorsque vous entendez une doxologie prononcée ou chantée, sachez que c’est une forme de langage biblique et apostolique enracinée dans l’affirmation que toutes choses existent afin que nous rendions gloire à Dieu.

C’est de cela dont nous allons parler ces cinq dernières semaines à partir de l’épître aux Romains. C’est une longue période à passer sur une doxologie très dense de vérité sur Dieu et l’Evangile. On est en droit de penser que pour conclure ce que Paul considère comme la plus longue et la plus importante des lettres qu’il ait jamais écrites, il n’utiliserait pas de paroles en l’air. Chaque mot compte. Il s’agit de ses dernières paroles aux Romains. Il pourrait s’agir des dernières paroles qu’il vous adresse. J’espère que vous écouterez attentivement et j’espère que vous reviendrez pour ces dernières semaines de l’année afin de connaître les cinq aspects de cette doxologie.

Dieu utilise l’Evangile pour affermir les croyants

Aujourd’hui, je voudrais me concentrer sur l’affirmation selon laquelle Dieu affermit son peuple à partir de l’Evangile. Le verset 25 dit : « A celui qui a le pouvoir de vous affermir selon mon Évangile. » Tout ce que Paul dit dans les versets 25 et 26 parle de l’Evangile qui affermit les croyants. Cet évangile qui affermit est « la prédication de Jésus-Christ » (v.25b). Jésus est la réalité centrale de l’Evangile. Cet évangile est « conforme à la révélation du mystère tenu secret dès l’origine des temps » (v.25c). C’est le mystère que les païens, les nations, sont des concitoyens à part entière, comme les croyants juifs, par la foi en Jésus (Ephésiens 3:6). Cette bonne nouvelle a maintenant été manifestée (v.26a), et même si elle a été cachée dans le passé, elle est présente dans « les Écrits prophétiques » de l’Ancien Testament (v.26b) que Paul utilise pour révéler le mystère de « toutes les nations » (v.26b). Et toute cette bonne nouvelle pour les nations a été ordonnée par le Dieu éternel en vue de « l’obéissance de la foi » (v.26c).

Tout cela est un développement de l’Evangile dans le verset 25 que Dieu utilise pour affermir les croyants afin qu’ils persévèrent dans l’obéissance de la foi et qu’ils fixent toute leur attention sur la gloire de Dieu.

Nous nous concentrons aujourd’hui sur ce fait étonnant : A la fin de ce livre, alors que Paul prononce les dernières paroles de doxologie, il choisit de dire que Dieu est capable de nous affermir par son Evangile. Lorsqu’il termine en attirant toute notre attention sur la gloire de Dieu, il le fait de telle façon que cette gloire brille d’une manière plus intense lorsque Dieu nous affermit, nous, son peuple qui croit en l’Evangile.

Le Dieu qui affermit pour sa gloire

Il y a ici quelque chose de si merveilleux que je ne veux pas aller trop vite, de peur que vous le manquiez. Laissez-moi parler tout d’abord de ce qui est évident, puis en tirer ce qui est moins évident. Le fait le plus évident parmi tout ce qu’il pouvait dire à propos de ce que Dieu fait et a fait pour attirer notre attention vers sa gloire, de toutes les dizaines de grands actes de Dieu et de toutes ses capacités, il en a choisi une en particulier : « A celui qui a le pouvoir de vous affermir… la gloire aux siècles des siècles… » Paul ajoute que Dieu est sage : il a caché quelque chose pendant des siècles, et il a révélé ces choses pour le bien des nations, et il a fait tout cela sur ordre de l’Eternel. Oui. Mais vue la façon dont Paul a construit cette doxologie, tout cela sert à soutenir et expliquer une idée principale : Dieu est capable de vous affermir. « A celui qui a le pouvoir de vous affermir… la gloire au siècle des siècles… »

Maintenant, voici ce qui est moins évident mais pourtant aussi clair que de l’eau de roche une fois que notre attention a été attirée sur ce point. De nombreux rois au fil de l’histoire et de nombreux dictateurs aujourd’hui veulent attirer la gloire sur eux-mêmes. Ils veulent être connus comme forts, riches et sages. Comment réussissent-ils ? En faisant tout pour que leur peuple reste faible, pauvre et coupé de toute éducation. Un peuple éduqué est une menace pour un dictateur. La classe moyenne est une menace pour un dictateur. Un peuple fort est une menace pour la force d’un dictateur. Alors que font-ils ? Ils assurent leur propre pouvoir en maintenant leur peuple dans la faiblesse. Ils tirent leur gloire de la vie brisée du peuple. Regardez au régime d’Islom Karimov en Ouzbékistan. Et nous pourrions en mentionner beaucoup d’autres, des petits rois qui maintiennent leur peuple dans la faiblesse afin de rester eux-mêmes riches et forts.

La gloire de Dieu dans la force que procure l’Evangile

Mettons maintenant en contraste la façon dont Paul attire notre attention vers la gloire de Dieu. Si un roi avait le droit de montrer sa gloire en écrasant un peuple rebelle, c’est bien Dieu. Mais que fait-il ? Il montre sa gloire en affermissant son peuple. « A celui qui a le pouvoir de vous affermir… la gloire aux siècles des siècles… » Dieu magnifie sa gloire en vous affermissant dans son Evangile. Dieu ne se sent pas menacé du tout par notre force. En fait, plus vous devenez fort dans votre foi, dans votre espérance et dans votre amour, par l’Evangile de Jésus-Christ, plus Dieu est magnifié. Dieu n’assure pas sa force en gardant son peuple dans la faiblesse. Il magnifie la gloire de sa force en affermissant son peuple. « A celui qui a le pouvoir de vous affermir… la gloire. »

Donc, lorsque Paul fait de la gloire de Dieu, le but ultime de l’Evangile, en terminant la plus importante de toutes les lettres, en attirant notre attention sur la valeur suprême de la gloire de Dieu, il ne s’agit pas d’une mauvaise nouvelle pour nous. A moins que nous voulions cette gloire pour nous-mêmes. Pourquoi est-ce bon pour nous ? Parce que Dieu attire notre attention sur sa gloire en rendant plus fort son peuple qui ne le mérite pas. Plus la gloire de Dieu est forte, plus notre force a de chance de grandir. Plus la gloire de Dieu est merveilleuse et étendue, plus merveilleuse et étendue est la source de notre force : « A celui qui a le pouvoir de vous affermir… la gloire aux siècles des siècles. »

Affermis selon l’Evangile

Quelle est cette force que Dieu est capable de nous donner, comme le dit Paul ? Dieu peut donner tout type de force qu’il désire. « Avec mon Dieu je saute une muraille. » (Psaume 18:29). Mais ici il parle du même genre de force que dans Romains 1:11-12 : « Car je désire vivement vous voir, pour vous communiquer quelque don spirituel, afin que vous soyez affermis, ou plutôt, afin que, chez vous, nous soyons encouragés ensemble par la foi qui nous est commune, à vous et à moi. » La substance de cette force est la foi en Jésus-Christ.

Une force pour les femmes selon l’Evangile

Ce n’est pas une force que le monde connaît ou peut nous donner. Les femmes, les jeunes filles, à quoi pensez-vous lorsque vous voulez être fortes ? Ou bien les petites filles, lorsque vous réfléchissez à votre vie future, pour devenir fortes, quel est votre rêve ? Il est important que ceci soit clair pour vous, car Dieu veut que vous soyez fortes. La Bible autant que l’expérience nous disent que dans un sens vous êtes les plus faibles (1 Pierre 3:7) : sur le plan mondial, 95% des hommes adultes sont plus forts que 95% des femmes adultes. Comment pouvez-vous devenir fortes ?

Le monde vous donnera trois solutions pour trouver cette force : 1) en étant sexy, en vous habillant de façon sexy, en agissant de façon sexy, car les hommes sont si avides que vous pouvez être plus puissantes qu’eux en agissant de cette façon. 2) Un autre moyen est de paraître sûre de soi, volontaire, agressive, avoir confiance en soi. 3) En étant intelligente et active dans tous les domaines d’influence afin d’obtenir des postes importants. Aucun de ces moyens ne représente la force dont Paul parle lorsqu’il dit : « A celui qui a le pouvoir de vous affermir… »

Paul pense en fait à la force intérieure que Pierre mentionne pour les femmes dans 1 Pierre 3:6 lorsqu’il dit aux femmes d’être comme Sarah et comme les saintes femmes de l’ancien temps : « C’est d’elle que vous êtes devenues les descendantes, si vous faites le bien, sans vous laisser troubler par aucune crainte. » et le genre de force que Proverbes 31:25 mentionne lorsqu’il est dit : « Elle est revêtue de force et de dignité, Elle se rit de l’avenir. »

Autrement dit, les femmes, les jeunes filles rêvent d’être remplies de confiance en Dieu. Vous rêvez de savoir qui vous êtes en Dieu, une fille du roi de l’univers, ce qu’il a fait pour vous et promis de faire et d’être pour vous en Jésus-Christ, afin que vous ne craigniez rien ni personne d’autre que Dieu et que vous vous riiez de l’avenir, quoi qu’il arrive. Sexy, je vous promets que vous ne le resterez pas, et l’homme que vous attirerez n’est pas le genre d’homme dont vous avez besoin. En vous affirmant vous-même, vous éloignerez les personnes dont vous voulez vous entourer. Les allées du pouvoir sont comme les grandes herbes : une fois que le vent est passé, il ne reste plus rien. Mais la force qui vient de Dieu au travers de l’Evangile reste à jamais. « A celui qui a le pouvoir de vous affermir… la gloire aux siècles des siècles. »

Une force pour les hommes selon l’Evangile

Les hommes, les garçons, et vous ? Quel est votre rêve lorsque vous réfléchissez sur la manière dont vous pouvez devenir forts ? En étant le meilleur joueur de votre sport ? Ou en étant le courtier le plus audacieux pour devenir le plus riche possible ? Ou en devenant très cultivé pour placer des mots très compliqués dans vos conversations ?

Non. Seul les insensés cherchent ce genre de puissance éphémère. Seuls les insensés veulent le genre de puissance qui vous laisse tomber au moment où vous en avez besoin. Laissez-moi vous parler du genre de puissance que Dieu peut vous donner au travers de l’Evangile. C’est le pouvoir de conduire votre femme et votre famille à passer du temps avec Dieu. Le pouvoir de dire une simple parole de vérité lorsque vous êtes entourés de complexité venant d’une éducation élevée, séculière et élitiste. Le pouvoir de rester ferme sur vos positions et de dire « non » à un comportement de pécheur alors que tout le monde dit que vous êtes faible. Le pouvoir de persévérer malgré l’adversité, pour une cause juste et pour la vérité quand vous sentez que vous avez perdu toute motivation.

Une force selon l’Evangile dans tous les domaines

Dieu est capable de vous affermir, hommes et femmes, de cette force intérieure par la foi en Christ qui vous rend plus fort dans un fauteuil roulant que dix mille moutons entraînés par le courant de la culture moderne. Nous voulons le genre de force qui reste lorsque nous sommes paralysés et ne pouvons répondre qu’en clignant des paupières. Et nous savons d’où vient cette force : « A celui qui a le pouvoir de vous affermir… la gloire aux siècles des siècles. »

Nous ne serons jamais trop forts pour ne plus avoir besoin de l’Evangile

Une dernière observation cruciale dont nous avons parlé tout au long de l’étude de l’épître aux Romains, depuis sept années que nous l’étudions ensemble, et pour encore quatre autres sermons, et je prie, pour chaque sermon jusqu’au retour de Jésus, Dieu nous affermit au travers de l’Evangile. « A celui qui a le pouvoir de vous affermir selon mon Évangile. »

Le cœur de l’Evangile est que Jésus-Christ, le juste, est mort pour nos péchés et qu’il est ressuscité, éternellement triomphant de tous ses ennemis, afin qu’il n’y ait plus de condamnation, mais une joie éternelle, pour ceux qui mettent leur confiance en lui. Jamais, jamais, vous ne serez assez forts pour ne plus avoir besoin de cet Evangile. Il ne s’agit pas de commencer la vie chrétienne avec l’Evangile, puis de continuer avec autre chose pour devenir plus fort. Dieu nous affermit grâce à l’Evangile jusqu’au jour de notre mort.

La force de l’Evangile plus forte que le cancer

Je terminerai par une illustration venant de ma propre vie, et beaucoup d’entre vous avez des histoires encore plus puissantes car votre force aura été testée encore plus profondément. Mais je vais vous parler de ce que Dieu a fait pour moi en février lorsque le diagnostique du cancer m’a été annoncé. Dieu m’a affermi par son Evangile. Souvenez-vous des versets qu’il a utilisés. Aucun n’est plus important pour moi. I Thessaloniciens 5:9-10 : « En effet, Dieu ne nous a pas destinés à subir sa colère, mais à posséder le salut par notre Seigneur Jésus-Christ. Le Christ est mort pour nous afin de nous faire vivre avec lui, que nous soyons vivants ou morts quand il viendra. »

Depuis, tout en moi dit et espère dire lorsque le diagnostique final viendra : « A celui qui a le pouvoir de m’affermir selon mon Evangile… la gloire au siècle des siècles ! Amen ! »

Notre Dieu a agi dans l’histoire pour vaincre le péché, Satan, l’enfer et la mort. Il a fait cela par l’Evangile de Jésus-Christ. Attachez-vous à cet Evangile comme au plus grand trésor de votre vie. Dieu magnifiera sa gloire en vous affermissant.

©2014 Desiring God Foundation. Used by Permission.

Permissions: You are permitted and encouraged to reproduce and distribute this material in its entirety or in unaltered excerpts, as long as you do not charge a fee. For Internet posting, please use only unaltered excerpts (not the content in its entirety) and provide a hyperlink to this page. Any exceptions to the above must be approved by Desiring God.

Please include the following statement on any distributed copy: By John Piper. ©2014 Desiring God Foundation. Website: desiringGod.org