Au commencement était la Parole

Jean 1:1–3

1 Au commencement était la Parole, et la Parole était avec Dieu, et la Parole était Dieu.
2 Elle était au commencement avec Dieu.
3 Tout a été fait par elle, et rien de ce qui a été fait n’a été fait sans elle.

L’Evangile de Jean décrit Jésus-Christ et son œuvre rédemptrice. Il se concentre sur les trois dernières années de la vie de Jésus, et plus particulièrement sur sa mort et sa résurrection. Son objectif est clair dans Jean 20 :30-31 : « Jésus a fait encore, en présence de ses disciples, beaucoup d’autres miracles qui ne sont pas écrits dans ce livre. Mais ceci est écrit afin que vous croyiez que Jésus est le Christ, le Fils de Dieu, et qu’en croyant, vous ayez la vie en son nom. » Ce livre a été écrit afin de nous aider à croire en Christ et à recevoir la vie éternelle.

Ecrit pour les non-chrétiens et pour les chrétiens

Mais ne pensez pas que ce livre est destiné aux seuls incroyants. Les croyants en Jésus doivent continuer à croire en Jésus afin de recevoir le salut final. Jésus dit dans Jean 15 :6 « Si quelqu’un ne demeure pas en moi, il est jeté dehors comme le sarment, et il sèche ; puis l’on ramasse les sarments, on les jette au feu et ils brûlent. » Et dans Jean 8 :31, il dit : « Si vous demeurez dans ma parole, vous êtes vraiment mes disciples. »

Alors quand Jean dit : « ceci est écrit afin que vous croyiez que Jésus est le Christ, le Fils de Dieu, et qu’en croyant, vous ayez la vie en son nom, » il veut dire qu’il écrivait pour éveiller la foi des non-croyants et soutenir la foi des croyants ; conduisant ainsi les deux vers la vie éternelle. Il n’y a probablement pas de meilleur livre dans la Bible que l’Evangile de Jean pour nous aider à garder notre confiance en Christ et réaliser qu’il est plus précieux que tout.

Le compte-rendu d’un témoin oculaire

Ce portrait de Jésus a été écrit par un témoin oculaire qui a participé à ces événements d’une importance incommensurable. Cinq fois dans cet Évangile, nous trouvons l’expression insolite « le disciple que Jésus aimait » (13:23; 19:26; 20:2, 7, 21:20). Par exemple, tout à la fin il est dit dans Jean 21 :20 « Pierre se retourna et vit venir à leur suite le disciple que Jésus aimait ». Puis quatre versets plus loin (21 :24), il est dit : « C’est ce disciple qui rend témoignage de ces choses et qui les a écrites. » Donc, celui qui est appelé « le disciple que Jésus aimait », qui était à table, juste à côté de Jésus pendant le repas du Seigneur (13 :23), a écrit ce livre en tant que témoin inspiré par Dieu des événements de la vie de Jésus et de leur signification pour nous.

Inspiré par Dieu

L’une des raisons pour lesquelles je dis qu’il était inspiré par Dieu est que cela correspond à la promesse de Jésus. Il a dit dans Jean 14 :26 : « Mais le Consolateur, le Saint-Esprit que le Père enverra en mon nom, c’est lui qui vous enseignera toutes choses et vous rappellera tout ce que moi je vous ai dit. » Et dans Jean 16 :13, il dit : « Quand viendra l’Esprit de vérité, il vous conduira dans toute la vérité. Il ne parlera pas en son propre nom, mais il dira tout ce qu’il aura entendu et vous annoncera ce qui doit arriver. »

Autrement dit, Jésus a choisi ses apôtres pour le représenter, il les a sauvés, enseignés, envoyés et il leur a donné, au travers du Saint-Esprit, d’être guidés par Dieu dans leur rédaction des Ecritures en vue de la fondation de l’Eglise (Ephésiens 2 :20 ). Nous croyons que l’Evangile de Jean est donc la Parole de Dieu inspirée.

Les trois premiers versets de Jean

Les mots « Parole de Dieu » nous amènent aux premiers mots de l’Evangile de Jean. Jean 1 :1-3 : « Au commencement était la Parole, et la Parole était avec Dieu, et la Parole était Dieu. Elle était au commencement avec Dieu. Tout a été fait par elle, et rien de ce qui a été fait n’a été fait sans elle. » Ce sont les versets sur lesquels nous allons nous concentrer aujourd’hui.

« La Parole » : Jésus

Concentrons-nous d’abord sur le terme « Parole ». « Au commencement était la Parole. » La chose la plus importante à savoir à propos de cette Parole se trouve au verset 14 : « La Parole a été faite chair, et elle a habité parmi nous, pleine de grâce et de vérité; et nous avons contemplé sa gloire, une gloire comme celle du Fils unique venu du Père. » La Parole fait référence à Jésus-Christ.

Jean sait ce qu’il va écrire dans ces 21 chapitres. Il va nous raconter l’histoire de ce que Jésus a fait et ce qu’il a enseigné. Ce livre traite de la vie et de l’œuvre de l’homme Jésus-Christ ; l’homme que Jean a connu, a vu, entendu et touché de ses mains (1 Jean 1 :1). Il était en chair et en os. Il n’était pas un fantôme ou une image qui apparaît et disparaît. Il mangeait et buvait, il se fatiguait, et Jean le connaissait de façon très proche. La mère de Jésus a vécu avec Jean la dernière partie de sa vie (Jean 19 :26).

Donc, dans Jean 1 :1-3, Jean nous dit la chose la plus importante qu’il connaisse de Jésus. Cela lui a pris plus de trois ans pour saisir la plénitude de qui est Jésus. Mais il ne veut pas écrire plus de trois versets sur ce qu’il a mis si longtemps à comprendre. Il veut que nous ayons en tête, clairement, dès le début de cet Evangile, la majesté éternelle, la divinité et les droits de Créateur de Jésus-Christ.

Jésus dans son infinie Majesté

C’est le sens des versets 1 à 3 du chapitre 1 de l'Evangile de Jean. Jean veut que nous lisions son Evangile dans un esprit d’adoration, d’humilité, de soumission. Et par les récits du mariage, des rencontres au puits, et sur la montagne, il veut que nous soyons émerveillés par cet homme qui n’est autre que le Créateur de l’univers. Est-ce que vous voyez cela ? Je ne l’ai pas inventé. Il ne s’agit pas de la structure de mon sermon. C’est la structure même du livre. C’est la façon dont Jean l’a écrit, la façon dont Dieu a voulu qu’il le construise. Si nous l’avions écrit, vous et moi, nous aurions peut-être laissé l’identité de Jésus se révéler petit à petit pour faire grandir la curiosité du lecteur qui se serait demandé : Qui est cet homme ?

Mais Jean a dit « non ». « Dès les premiers mots qui sortent de ma plume, je vais vous surprendre et vous émerveiller en établissant d’emblée l’identité de cet homme qui s’est fait chair et qui a habité parmi nous. Il n’y a pas de confusion possible. » Jean voulait que nous lisions chaque parole de cet Evangile en ayant la ferme assurance que Jésus-Christ était avec Dieu et était Dieu et que celui qui a donné sa vie pour nous (Jean 15 :13) a créé l’univers. Jean veut que vous sachiez et que vous croyiez en un magnifique Sauveur. Quel que soit ce que vous appréciez chez Jésus, Jean veut que vous connaissiez le trésor qui est en Jésus et son infinie majesté.

Pourquoi la « Parole » ?

Nous pouvons nous demander pourquoi il a choisi d’appeler Jésus « la Parole » ? « Au commencement était la Parole. » Voici ma réponse : Jean a appelé Jésus « la Parole » parce qu’il en est venu à considérer les paroles de Jésus comme vérité venant de Dieu, ainsi que la personne même de Jésus. Jésus et ses paroles étaient si liés que Jésus lui-même, par sa venue, son œuvre, ses enseignements, sa mort et sa résurrection, était le message ultime et déterminant de Dieu. Ou pour dire les choses de façon plus simple : Ce que Dieu avait à nous dire n’était pas seulement contenu dans les paroles de Jésus, mais aussi dans qui Jésus était et dans ses actes. Ses paroles clarifiaient qui Jésus était et ce qu’il faisait. Mais sa personne et ses actes étaient en eux-mêmes la principale vérité que Dieu révélait. « Je suis la vérité, » dit Jésus (Jean 14 :6).

Il est venu pour rendre témoignage de la vérité (Jean 18 :37) et il était la vérité (Jean 14 :6). Son témoignage et sa personne étaient la Parole de vérité. Il a dit : « Si vous demeurez dans ma parole, vous êtes vraiment mes disciples » (Jean 8 :31) et « vous demeurez en moi » (Jean 15 :7). Lorsque nous demeurons en lui, nous demeurons dans la Parole. Il disait que ses œuvres étaient un témoignage de qui il était (Jean 5 :36 ; 10 :25). Autrement dit, tout en agissant, il était « la Parole ».

Jésus : le message ultime et déterminant de Dieu

Dans Apocalypse 19 :13 (écrit par le même auteur que l’Evangile, Jean décrit le retour glorieux de Jésus : « Il est vêtu d’un manteau trempé de sang. Son nom est la Parole de Dieu. » Jésus est appelé « la Parole de Dieu » et il revient sur la terre. Deux versets plus loin Jean dit : « De sa bouche sort une épée tranchante » (Ap. 19 :15). Autrement dit, Jésus frappe les nations par la puissance de la Parole de Dieu qu’il prononce, l’épée de l’Esprit (Ephésiens 6 :17). Mais la puissance de cette parole est si unie à Jésus lui-même que Jean dit : non seulement une épée sort de Sa bouche, mais Il est lui-même la Parole de Dieu.

Alors que Jean commence son Evangile, il a en vue toute l’Apocalypse, toute la vérité, tout le témoignage, toute la gloire, toute la lumière, toutes les paroles qui viennent de Jésus vivant, enseignant, mort et ressuscité, et il rassemble toute cette révélation de Dieu dans ce nom : Il est « la Parole », la première, la dernière, l’ultime, la décisive, la parole absolument vraie et digne de confiance. Le sens est le même que dans Hébreux 1 :1-2 : « Après avoir autrefois, à plusieurs reprises et de plusieurs manières, parlé à nos pères par les prophètes, Dieu nous a parlé par le Fils en ces jours qui sont les derniers. » Le Fils de Dieu incarne ici la Parole la plus forte et la plus déterminante destinée au monde.

Quatre observations au sujet de Jésus

Quelle est la première chose que Jean veut nous dire de cet homme Jésus-Christ dont les actes et les paroles remplissent les pages de cet Evangile ? Il veut nous parler de quatre choses à propos de Jésus-Christ : 1) L’époque de son existence, 2) l’essence de son identité, 3) sa relation avec Dieu, 4) sa relation avec le monde.

1) L’époque de son existence

Verset 1 : « Au commencement était la Parole. » L’expression « au commencement » est identique en grec aux premiers mots de l’Ancien Testament grec : « Au commencement, Dieu créa les cieux et la terre. » Ce n’est pas une coïncidence, car la première chose que Jean va nous dire est que Jésus a créé l’univers. C’est ce qu’il dit dans le verset 3. L’expression « au commencement » signifie : avant toute création de la matière, existait la Parole, c'est-à-dire le Fils de Dieu.

Souvenez-vous : « Mais ceci est écrit afin que vous croyiez que Jésus est le Christ, le Fils de Dieu » (Jean 20 :31). Jean commence son Évangile en situant Jésus, le Christ, le Fils de Dieu, dans le temps, c'est-à-dire avant que le temps existe. Jude exulte dans cette vérité en prononçant sa grande doxologie : « au Dieu unique, notre Sauveur par Jésus-Christ notre Seigneur, (sont) soit la gloire, la grandeur, la puissance et l’autorité, depuis toujours, maintenant et pour toujours ! Amen. » (Jude 1 :25). Paul dit dans 2 Timothée 1 :9 que Dieu nous a donné la grâce en Christ-Jésus « avant les temps éternels. » Donc avant le temps et la matière, la Parole existait, c’est-à-dire Jésus-Christ, le Fils de Dieu. C’est lui que nous allons apprendre à connaître dans cet Evangile.

2) L’essence de son identité

A la fin du verset 1 : « La Parole était Dieu. » L’une des marques de cet Evangile est que les doctrines les plus ardues sont souvent exprimées dans les mots les plus simples. Cela ne pourrait pas être dit plus simplement, et ne pourrait pas être plus profond. La Parole qui est devenue chair et qui a vécu parmi nous, Jésus-Christ, était et il est Dieu.

Soyons bien clairs à ce sujet : dans notre église de Bethlehem, aux Etats-Unis, et dans toutes les véritables églises chrétiennes, nous adorons Jésus-Christ en tant que Dieu. Avec Thomas, nous tombons à genou devant Jésus dans Jean 20 :28 et nous confessons avec joie et émerveillement ; « Mon Seigneur et mon Dieu ! »

Lorsque nous entendons les responsables juifs dire dans Jean 10 :33 : « Ce n’est pas pour une œuvre bonne que nous te lapidons, mais pour un blasphème, et parce que toi, qui es un homme, tu te fais Dieu. » Nous avons envie de crier : « Non, ce n’est pas un blasphème. Il est vraiment notre Sauveur, notre Seigneur, notre Dieu. »

Voyez-vous ce que cela veut dire pour notre série sur l’Evangile de Jean ? Cela signifie que nous allons prendre le temps de connaître Dieu, semaine après semaine, en apprenant à connaître Jésus. Voulez-vous connaître Dieu ? Venez avec nous, et invitez vos amis à venir à la rencontre de Dieu en faisant connaissance avec Jésus.

Si un Témoin de Jéhovah ou un Musulman vous dit que c’est une mauvaise traduction et qu’il devrait être écrit, « la Parole était un dieu » et non « la Parole était Dieu », voici un moyen d’affirmer que cela est faux, à partir du contexte et même si vous ne connaissez pas le grec. Je vais vous montrer cela dans un instant, dans le dernier point. Mais tout d’abord, regardons à Sa relation avec Dieu.

3) Sa relation avec Dieu

Au milieu du verset 1 : « La Parole était avec Dieu. » « Au commencement était la Parole, et la Parole était avec Dieu, et la Parole était Dieu. » Voici le cœur de la grande doctrine historique de la Trinité. Un jour je vais prêcher sur cette seule doctrine à partir du reste du livre de Jean et d’autres passages bibliques.

Mais pour le moment, gardons cette affirmation à l’esprit et laissons-la entrer dans notre cœur : La Parole, Jésus-Christ était Dieu, et Il était Dieu. Il est Dieu, et il a une relation avec Dieu. Il est Dieu, et il est l’image de Dieu, le reflet parfait de qui est Dieu, représentant pour toute l’éternité la plénitude de la divinité en tant que personne distincte. Il y a une essence divine (une origine divine) et trois Personnes, trois sièges de conscience. Deux d’entre eux sont mentionnés ici. Le Père et le Fils. Nous apprenons leur nom plus tard dans le livre. Le Saint-Esprit sera présenté plus tard.

Puisque notre vision n’est que le reflet d’un miroir terne, et puisque nous ne connaissons la vérité que partiellement (1 Corinthiens 13 :9,12), ne soyez pas surpris que cela reste pour nous un mystère. Mais il ne faut pas mettre tout cela de côté. Si Jésus-Christ n’était pas Dieu, il n’aurait pas pu accomplir notre salut (Hébreux 2 :14-15). Et sa gloire ne serait pas suffisante pour satisfaire votre insatiable envie de découvrir davantage de beauté. Si vous rejetez la divinité de Jésus-Christ, vous rejetez votre âme et avec elle toute votre joie pour ce qui est à venir.

Nous avons donc vu 1) La période de son existence (avant le début des temps), 2) L’essence de son identité (« la Parole était Dieu »), et 3) sa relation avec Dieu (« la Parole était avec Dieu »). Maintenant, nous terminons avec sa relation avec le monde.

4) Sa relation avec le monde

Les versets 2-3 : « Elle était au commencement avec Dieu. Tout a été fait par elle, et rien de ce qui a été fait n’a été fait sans elle. » La Parole qui est devenue chair et a vécu parmi nous, nous a enseignés, guéris, repris, protégés, aimés ; et ‘la Parole’ qui est mort pour nous, a aussi créé l’univers. Gardez à l’esprit le mystère de la Trinité dans le verset 1. Ne le laissez pas de côté lorsque vous arrivez au verset 3. « Tout a été fait par elle (la Parole). » Oui, un autre agissait au travers de la Parole. C’était Dieu. Mais la Parole est Dieu. Donc, ne vous laissez pas aller à diminuer la majesté de l’œuvre de Christ en tant que Créateur. Il était l’agent du Père, ou la Parole, lors de la création de toutes choses. Mais en accomplissant cela, il était Dieu. Dieu, la Parole, créa le monde. Votre Sauveur, votre Seigneur, votre ami – Jésus votre créateur.

Jésus n’a pas été créé

Supposez maintenant qu’un Musulman ou un Témoin de Jéhovah ou quelqu’un d’une branche quelconque d’arianisme (l’hérésie antique du 4ème siècle) dise : « Jésus n’était pas Dieu, il n’était pas éternel, pas engendré pour l’éternité, mais plutôt, Jésus a été créé. Il était le premier de la création. Le plus élevé parmi les anges les plus haut-placés. » Ou comme les adeptes de l’arianisme le disaient : « Quelque chose existait avant qu’il n’existe. » Ce que Jean a écrit au verset 3 démonte tous ces arguments.

Il n’a pas simplement dit : « Toutes choses ont été faites par lui. » Vous pensez peut-être que cela aurait été suffisant. Il n’est pas le fruit de la création. Il a créé toutes choses. Mais quelqu’un pourrait dire : « Oui, mais « toutes choses » ne l’incluent pas lui-même. Cela inclut tout sauf lui. Il a donc été créé par le Père, et, alors, avec le Père, il a créé toutes les autres choses. »

Mais Jean n’en est pas resté là. Il a ajouté (en dernière partie du verset 3), « … et rien de ce qui a été fait n’a été fait sans elle (la Parole). » Qu’ajoute l’expression « ce qui a été fait » au sens de « rien n’a été fait sans la Parole. » ? « Rien de ce qui a été fait *n’a été fait sans la Parole. » Elle rend explicite, et clair comme de l’eau de roche que ‘ce qui a été fait’* est une catégorie de ‘ce qui a été fait par la Parole’. Christ l’a fait. Donc, Christ n’a pas été créé, car avant d’exister, on ne peut pas se faire exister soi-même.

Christ n’a pas été créé. C’est ce que signifie être Dieu. Et la Parole était Dieu.

Que le Seigneur nous aide à voir sa gloire. Et à l’adorer. Amen.

©2014 Desiring God Foundation. Used by Permission.

Permissions: You are permitted and encouraged to reproduce and distribute this material in its entirety or in unaltered excerpts, as long as you do not charge a fee. For Internet posting, please use only unaltered excerpts (not the content in its entirety) and provide a hyperlink to this page. Any exceptions to the above must be approved by Desiring God.

Please include the following statement on any distributed copy: By John Piper. ©2014 Desiring God Foundation. Website: desiringGod.org