Elever nos enfants avec espérance dans les pires moments

Michée 7:1–20

1 Malheur à moi! Car je suis comme à la récolte des fruits, Comme au grappillage après la vendange: Il n’y a point de grappes à manger, Point de ces figues nouvelles que je désire.
2 L’homme loyal a disparu du pays, Et il n’y a plus d’homme droit, Ils sont tous en embuscade pour verser le sang, Chacun tend un piège à son frère.
3 Leurs mains sont habiles à faire le mal: Le prince a des exigences, Le juge (agit) par intérêt, Le grand manifeste, lui aussi, son avidité, Et ils font ainsi cause commune.
4 Le meilleur d’entre eux est comme une ronce, (L’homme) droit pire qu’un buisson d’épines.

C’est le jour (annoncé) par tes sentinelles, Le temps d’intervenir contre toi est arrivé. Ils sont maintenant dans la confusion.
5 Ne croyez pas à un ami, Ne vous fiez pas à un intime; Devant celle qui repose sur ton sein Garde les portes de ta bouche.
6 Car le fils flétrit le père, La fille se soulève contre sa mère, La belle-fille contre sa belle-mère; Chacun a pour ennemis les gens de sa maiso.

7 Pour moi, je regarderai vers l’Éternel, Je mettrai mon espérance dans le Dieu de mon salut; Mon Dieu m’exaucera.
8 Ne te réjouis pas à mon sujet, mon ennemie! Car si je tombe, je me relève; Si je suis assise dans les ténèbres, L’Éternel est ma lumière.
9 Je supporterai la colère de l’Éternel, Puisque j’ai péché contre lui, Jusqu’à ce qu’il défende ma cause et me fasse droit; Il me fera sortir à la lumière, Et je contemplerai sa justice.
10 Mon ennemie le verra Et sera couverte de honte, Elle qui me disait: Où est l’Éternel, ton Dieu? Mes regards s’arrêteront sur elle; Maintenant elle est foulée aux pieds Comme la boue des rues.

11 Le jour où l’on rebâtira tes murs, Ce jour-là tes limites seront reculées.
12 En ce jour, on viendra vers toi De l’Assyrie et des villes d’Égypte, De l’Égypte jusqu’au fleuve, D’une mer à l’autre, et d’une montagne à l’autre.
13 Le pays sera dévasté à cause de ses habitants, A cause du fruit de leurs œuvres.

14 Fais paître ton peuple avec ta houlette, Le troupeau de ton héritage Qui habite solitaire dans la forêt Au milieu du Carmel! Qu’ils paissent sur le Basan et en Galaad Comme aux jours d’autrefoi.

15 Comme aux jours où tu sortis du pays d’Égypte, Je lui ferai voir des prodiges.
16 Les nations le verront et seront confuses Malgré toute leur puissance; Elles mettront la main sur la bouche, Leurs oreilles seront assourdies.
17 Elles lécheront la poussière comme le serpent, Comme les reptiles de la terre; Elles sortiront avec effroi de leurs retraites Vers l’Éternel, notre Dieu; Elles auront peur, Elles te craindront.

18 Qui est Dieu comme toi, Pardonnant la faute et passant sur le crime En faveur du reste de ton héritage? Il ne garde pas sa colère à toujours, Car il prend plaisir à la bienveillance.
19 Il aura encore compassion de nous, Il mettra nos fautes sous nos pieds; Tu jetteras au fond de la mer tous leurs péchés,
20 Tu témoigneras de la fidélité à Jacob, De la bienveillance à Abraham, Comme tu l’as juré jadis à nos pères.

Aujourd’hui nous concluons une série sur le devoir des parents. Le titre que j’ai choisi pour ce dernier message est « Elever nos enfants avec espérance même dans les pires moments. » Il n’y a pas de moments faciles lorsque nous portons et élevons nos enfants. Genèse 3 dit que dès que le péché est entré dans le monde, il est devenu difficile de faire naître et d’élever les enfants. Le Seigneur a dit à Eve : « Je rendrai tes grossesses très pénibles, C’est avec peine que tu accoucheras. » (Genèse 3 :16). Puis après qu’Adam et Eve aient élevé deux enfants, l’un a tué l’autre.

La seule façon d’être libre

Cette histoire nous dit que le péché est maintenant entré dans le monde, en chaque parent et en chaque enfant. C’est l’action même du péché. Il détruit les individus et les familles. Le problème principal du monde est la puissance du péché qui est en nous. C’est une puissance. C’est une force, un défaut, une dépravation, une corruption de l’âme humaine. Ce n’est pas une suite de choix faits librement. Le péché est un lien puissant qui détruit la liberté humaine.

Le seul moyen dont un être humain dispose pour être libre, pour qu’un parent ou un enfant soit libre, est qu’il soit né de nouveau dans l’Esprit de Dieu ; se liant ainsi à Jésus-Christ son Sauveur ; pour être pardonné par le Créateur de l’univers ; et recevoir le Saint-Esprit, la seule contre puissance à la puissance du péché. C’est la seule espérance pour le monde, pour les parents et les enfants. C’est toujours vrai, à toutes les époques.

Il n’y a pas de moments faciles pour les parents

Il n’y a pas de moments faciles pour les parents qui portent et élèvent leurs enfants afin qu’ils deviennent des adultes humbles, aimants, justes, créatifs, productifs, prêts à élever le nom de Christ. Il n’y a pas de moments faciles, mais certains moments sont plus difficiles que d’autres. Cela peut dépendre de vos circonstances personnelles ou des circonstances qui vous entourent.

Mon désir aujourd’hui est de vous apporter à vous, parents, l’espérance au milieu des pires circonstances. Je veux parler des pires circonstances dans le foyer et dans le cadre de la culture. Et pour ceux qui ne sont pas parents, tout ce que je vais dire s’applique à vous aussi, car le moyen d’avoir de l’espérance dans les pires moments est le même pour tous. Il est normal que nous en ayons besoin dans différentes circonstances.

Le prophète Michée

Le prophète juif Michée a prêché pendant le règne de Yotam, Ahaz et Ezéchias, rois de Judée (Michée 1:1). C’était vers 750 à 687 ans avant Jésus-Christ. L’affirmation la plus claire nous disant pourquoi Dieu a suscité ce prophète, se trouve dans Michée 3:8 :

Mais moi, je suis rempli de force
Grâce à l’Esprit de l’Éternel,
J’ai le droit et le courage
De faire connaître à Jacob son crime
Et à Israël son péché

####Proclamer le jugement et la miséricorde Dieu a envoyé les prophètes à leurs interlocuteurs pour révéler leur péché. En faisant cela, le prophète proclame le jugement, et aussi la miséricorde de Dieu. C’est ainsi dans toute la Bible : jugement et miséricorde vont de paire. Dieu est saint et juste, et il envoie son jugement sur les pécheurs. Et Dieu est miséricordieux, patient, et plein de compassion, et il envoie son secours aux pécheurs après les avoir jugés. Michée dit cela clairement dans Michée 4:10 :

Fille de Sion, souffre et gémis
Comme une femme qui accouche!
Car maintenant tu sortiras de la ville
Et tu feras ta demeure dans les champs,
Tu iras jusqu’à Babylone;
Et là tu seras délivrée,
C’est là que l’Éternel te rachètera
De la main de tes ennemis.

Le Seigneur va les envoyer à Babylone pour les juger. Et dans sa miséricorde, il va les ramener sur leur terre.

Le châtiment arrive

Dans le chapitre 7, Michée fait référence aux pires moments pour des parents, dans le foyer et à cause de leur culture. Verset 1 : « Malheur à moi! Car je suis comme à la récolte des fruits, comme au grappillage après la vendange: Il n’y a point de grappes à manger, point de ces figues nouvelles que je désire. » Peut-être parle-t-il de son manque de nourriture, mais je pense plutôt qu’il utilise une métaphore montrant qu’il est privé d’amis et d’associés proches de Dieu, car il continue en disant au verset 2-3 : « L’homme loyal a disparu du pays, et il n’y a plus d’homme droit, ils sont tous en embuscade pour verser le sang, chacun tend un piège à son frère. Leurs mains sont habiles à faire le mal: Le prince a des exigences, le juge (agit) par intérêt, le grand manifeste, lui aussi, son avidité, et ils font ainsi cause commune. » Les dirigeants sont corrompus. Ils conspirent pour faire autant de mal que possible, et ils le font bien.

Verset 4 : « Le meilleur d’entre eux est comme une ronce, (l’homme) droit pire qu’un buisson d’épines. » Si Michée s’approche trop près d’eux, ils le piquent. « C’est le jour (annoncé) par tes sentinelles, le temps d’intervenir contre toi est arrivé. Ils sont maintenant dans la confusion. » La sentinelle devant surveiller l’arrivée de l’ennemi, le jour qu’elle a annoncé arrive. Le châtiment est proche.

Même les épouses et les enfants

Michée parle ensuite de la culture, puis du voisinage et de la famille. Verset 5 : « Ne croyez pas à un ami, ne vous fiez pas à un intime; devant celle qui repose sur ton sein garde les portes de ta bouche. » Autrement dit, le péché, la corruption et la tromperie sont si pervers qu’il faut rester vigilant, ta femme pourrait te trahir « celle qui repose sur ton sein. »

Maintenant les enfants : verset 6 : « Car le fils flétrit le père, la fille se soulève contre sa mère, la belle-fille contre sa belle-mère; chacun a pour ennemis les gens de sa maison. » Il y a trois personnages dans cette image. Un père et une mère, un fils et une fille, et une belle-fille. Le fils est marié. Michée a déjà dit que la relation entre les époux n’est pas facile (« Devant celle qui repose sur ton sein Garde les portes de ta bouche »). Et maintenant, il dit que le fils se soulève contre son père, la fille contre sa mère, et la belle-fille se met du côté de la fille contre la mère. Michée les appelle même les ennemis de l’homme. Comme le dit la version Darby à la fin du verset 6 : « Les ennemis d’un homme sont les gens de sa maison. » Il parle spécifiquement des fils. Il semble que les filles concentrent leur animosité contre l’épouse de l’homme, mais il en ressent les effets.

Cela nous brise le cœur. Certains d’entre vous vivent exactement cette situation. C’est le pire des moments. La culture est corrompue. Le mariage et la famille sont en crise. C’est l’image qu’utilise Michée 7. Pour certains d’entre vous, c’est la situation que vous vivez aujourd’hui. Et pour d’autres, ce sera le cas demain.

Jésus aborde cette situation

Avant de parler de l’espérance de Michée dans cette situation, je veux vous montrer ce que Jésus a fait du portrait de cette famille dans le verset 6. Lisez Matthieu 10:34–36. Jésus décrit les effets de sa venue : « Ne pensez pas que je sois venu apporter la paix sur la terre; je ne suis pas venu apporter la paix, mais l’épée. [Puis il utilise Michée 7:6.] Car je suis venu mettre la division entre l’homme et son père, entre la fille et sa mère, entre la belle-fille et sa belle-mère, et l’homme aura pour ennemis les gens de sa maison. »

Il s’agit des mêmes cinq personnages, de la même référence à vos ennemis dans votre propre maison, mais avec une différence. Jésus dit qu’il est à l’origine de cette situation. Verset 35 : « Car je suis venu mettre la division entre l’homme et son père… » Il ne veut pas dire qu’il aime briser les familles, bien sûr. L’un croit, l’autre non. Un père suit Jésus, et non son fils. Un fils suit Jésus, son père ne le suit pas. Une fille suit Jésus, sa mère ne le suit pas.

Pourquoi Jésus est-il en cause ici ?

Jésus est mentionné dans cette image pour montrer qu’au temps de Michée, les familles ne sont pas seulement brisées à cause de la corruption des uns et des autres. C’est peut-être à cause de la justice qui entre dans la famille. Peut-être que tout allait bien, jusqu’à ce que quelqu’un prenne Dieu au sérieux, son alliance et sa Parole. Alors vient l’accusation : « Tu penses que tu es mieux que nous maintenant que tu as la religion ! Tout allait bien, et maintenant tu penses que nous devons tous changer. »

Jésus a aussi utilisé ce texte pour montrer qu’il n’y avait rien d’unique, de propre à l’époque de Michée. Ce qui était vrai au 8ème siècle avant Jésus-Christ, était aussi vrai au premier siècle après Jésus-Christ. Et c’est encore vrai au 21ème siècle. C’est toujours un moment terrible à passer, même si ça ne l’est pas pour vous.

Qu’est-ce que Michée veut nous dire sur l’espérance pour les parents qui passent par les pires moments ?

Ce que Michée veut nous dire : le courage des cœurs brisés

Il décrit sa situation, je suppose en tant que représentant des pères et du peuple d’Israël, et la position qu’il défend est celle du courage d’un cœur brisé. C’est l’essence de ce que je veux vous partager sur la difficulté d’être parent dans les pires moments. Agissez avec le courage d’un cœur brisé. Pour vous assurer de ce que je veux dire par « cœur brisé » et par « courage », nous devons nous poser la question : Pour quelle raison le cœur de Michée est-il brisé ? Et quelle est la raison qui lui permet d’avoir autant de courage ? Regardons les versets 7 à 9 pour trouver les réponses à ces deux questions.

Il ne s’agit pas d’exercer sa propre justice

Après avoir dit : « l’homme aura pour ennemis les gens de sa maison,» il dit dans le verset 7 : « Mais moi, je regarderai vers l’Eternel, je m’attendrai au Dieu de mon salut; mon Dieu m’écoutera » (DRB). Dans les pires moments nous regardons donc vers le Seigneur. Nous avons pu essayer de chercher une réponse ailleurs. Rien n’a fonctionné. Rien ne dure. Nous avons pensé que nous aurions peut-être pu rendre la famille fonctionnelle. Peut-être que ces enfants étaient entre nos mains pour que nous les formions selon notre volonté. Peut-être que nous avions besoin de lire les bons livres sur le mariage, pour approfondir par nos propres forces, la confiance, le respect, l’admiration et l’affection mutuels. Et maintenant, nous choisissons de regarder à Dieu.

Mais attention. Est-ce que Michée regarde au Seigneur en se justifiant ? C’est possible. Michée dit-il : « J’ai fait tout ce qui était juste, tout ce qu’un père pouvait faire. Si cette famille n’est pas fonctionnelle, mon cœur est brisé mais le problème ne vient pas de moi, mais d’eux » ? S’agit-il de la réponse de cet homme ? Non. Et j’espère que ce ne sera pas la vôtre non plus.

On a péché contre nous, mais nous sommes aussi conscients de notre propre péché.

Ecoutez ce qu’il dit dans les versets 8 et 9. Ecoutez son courage et son cœur brisé. Pourquoi est-il brisé ? (Même si la version française révèle qu’il parle ici de la nation ennemie du peuple d’Israël)

Ne te réjouis pas à mon sujet, mon ennemie! Car si je tombe, je me relève; si je suis assise dans les ténèbres, L’Eternel est ma lumière. Je supporterai la colère de l’Éternel, puisque j’ai péché contre lui, jusqu’à ce qu’il défende ma cause et me fasse droit; il me fera sortir à la lumière, et je contemplerai sa justice.

Ne manquez pas le début du verset 9 : « Je supporterai la colère de l’Eternel, puisque j’ai péché contre lui. » Il est important que les époux et les parents entendent cela, car il le dit dans le contexte d’un homme (ou d’une nation) contre qui on a vraiment péché. Dans le verset 8, il dit à ses ennemis (BFC et versions anglaises) : « Ne riez pas de notre sort » ne vous réjouissez pas. Et dans le verset 9, au milieu du verset il dit que le Seigneur plaidera sa cause et agira en sa faveur et non contre lui. « Il me fera sortir à la lumière, et je contemplerai sa justice. »

Autrement dit, il sait qu’on pèche contre lui. Il sait que certaines de leurs accusations sont fausses. Il sait que Dieu est pour lui et non contre lui. Dieu le fera sortir des ténèbres vers la lumière ; il lui fera justice. Il est courageux parce qu’il met sa confiance en Dieu et en cette affirmation. Il est incroyablement courageux. Pourtant, il attire l’attention sur le fait qu’il a lui-même péché pour expliquer l’indignation du Seigneur: « Je supporterai la colère de l’Éternel, puisque j’ai péché contre lui. »

Pourquoi un cœur si brisé ?

Voici ma réponse à la question : Pourquoi son cœur est-il brisé ? Il ne s’agit pas ici tant du fait qu’on a péché contre lui, mais plutôt que lui-même a péché. Lorsque nous passons par les pires moments et lorsque nous élevons nos enfants avec espérance, nous sommes dans cette situation d’un cœur brisé qui prend courage. Il a le cœur brisé à cause de son propre péché, en premier lieu, puis, en deuxième position à cause du péché des autres contre lui. C’est la grande bataille à laquelle nous sommes confrontés. Trouverons-nous, par la grâce de Dieu, le genre d’humilité qui nous permet de nous voir nous-mêmes et notre famille de cette façon ?

Combien de courage

Deuxième question : Comment peut-on avoir tant de courage ? Comment peut-on parler ainsi alors que son propre péché est si présent à son esprit ? D’où vient ce courage ? (Michée parle ici de la nation ennemie du peuple d’Israël) « Ne te réjouis pas à mon sujet, mon ennemie! Car si je tombe, je me relève… (Je supporterai la colère de l’Éternel, Puisque j’ai péché contre lui,) Jusqu’à ce qu’il défende ma cause et me fasse droit; Il me fera sortir à la lumière, Et je contemplerai sa justice. »

La réponse est donnée à la fin du chapitre. Le fait que ce soit le dernier point mentionné à la fin du livre de Michée, et que cela soit formulé avec une telle emphase montre combien cela est important pour ce livre et pour toute la Bible. Versets 18-19 :

Qui est Dieu comme toi, pardonnant la faute et passant sur le crime en faveur du reste de ton héritage? Il ne garde pas sa colère à toujours, car il prend plaisir à la bienveillance. Il aura encore compassion de nous, Il mettra nos fautes sous nos pieds; tu jetteras au fond de la mer tous leurs péchés. »

La raison pour laquelle Michée est si plein de courage alors que son cœur est brisé, est qu’il connaît bien Dieu. Il sait ce qui est vraiment formidable et unique en Dieu. « Qui est Dieu comme toi ? » Ce qui signifie : Il n’y a pas d’autre Dieu comme toi. Tes voies sont plus élevées que nos voies. Elles sont plus élevées que toutes les divinités de ce monde. En quoi es-tu unique ? Tu pardonnes les iniquités et les transgressions de ton peuple. C’est ce qui est particulièrement unique chez le Dieu de la Bible et il n’existe aucun autre Dieu.

Aller plus profondément dans le pardon de Dieu

Comment pouvons-nous élever nos enfants avec espérance lorsque nous passons par des moments difficiles ? Comment rester dans l’espérance lorsque votre propre famille est divisée, trois contre deux et deux contre trois ? Regardez à Dieu. Criez au Seigneur (verset 7). Criez à lui en vous appuyant sur deux très profondes convictions. L’une est que vous êtes pécheur et que vous ne méritez rien qui vienne de Dieu. Nous ne sommes pas des parents parfaits. Nous avons péché. Nous ne sommes ni stupides, ni naïfs. Nous savons que les autres ont aussi péché contre nous, et tout dans notre chair nous pousse à ne voir que cet aspect des choses. Seul le Saint-Esprit peut nous montrer notre propre péché. Seul le Saint-Esprit peut nous faire ressentir notre propre culpabilité. Il s’agit d’une conviction profonde.

L’autre raison est qu’il n’existe pas d’autre Dieu tel que notre Dieu, qui pardonne nos iniquités et nos transgressions, et qui prenne plaisir en son amour constant pour nous. Nous sommes tout aussi convaincus de cela que du fait que nous avons péché contre notre conjoint et contre nos enfants, et qu’en faisant cela, nous péchons contre Dieu. Est-ce que vous voyez combien ces deux aspects sont cruciaux, comment ils vont ensemble, chacun donnant à l’autre un sens plus profond ? Si vous n’êtes pas conscient de votre péché et de votre culpabilité, vous ne recevrez pas le pardon profond de Dieu. Mais cela marche aussi dans l’autre sens, et c’est crucial pour les familles : Si vous ne connaissez pas la profondeur du pardon de Dieu, vous ne pourrez pas voir la profondeur de votre péché.

Ces deux convictions profondes produisent le courage d’un cœur brisé. C’est ce que doivent vivre des parents qui élèvent leurs enfants avec espérance dans les pires moments de la vie. Brisés à cause de notre péché, au milieu du tourbillon des péchés qui sont commis contre nous, et courageux parce que « Qui est Dieu comme toi, pardonnant la faute ! »

Le courage d’un cœur brisé identifié en Jésus

Chez les Chrétiens, les deux parties de cette situation sont enracinées et identifiées dans le fait de connaître Jésus-Christ et ce qu’il a fait pour nous sur la croix. Pour Michée, Jésus était seulement une espérance. Il dit dans le chapitre 5 : « Et toi, Bethléhem Ephrata… De toi sortira pour moi celui qui dominera sur Israël... Il se dressera et les fera paître avec la force de l’Éternel » (Michée 5:2, 4). Ce bon berger a donné sa vie pour ses brebis (Jean 10:11). Et lorsqu’il a fait cela, nous avons vu plus clairement que jamais combien notre péché est grand (qui a nécessité de telles souffrances) et l’ampleur de la résolution de Dieu à le pardonner. Le cœur brisé et le courage sont ainsi identifiés.

Si vous élevez vos enfants et si vous passez par un moment difficile, ou si vous voulez vous préparer à élever vos enfants dans des moments difficiles, ou simplement si vous voulez recevoir l’espérance nécessaire dans les moments difficiles, lisez le livre de Michée et regardez à Jésus, et prenez cette attitude de cœur brisé, à cause de votre péché, et de courage grâce à Christ. Puis, par la puissance du Saint-Esprit, prenez la décision d’être le meilleur des parents imparfaits, par amour pour Jésus.

©2014 Desiring God Foundation. Used by Permission.

Permissions: You are permitted and encouraged to reproduce and distribute this material in its entirety or in unaltered excerpts, as long as you do not charge a fee. For Internet posting, please use only unaltered excerpts (not the content in its entirety) and provide a hyperlink to this page. Any exceptions to the above must be approved by Desiring God.

Please include the following statement on any distributed copy: By John Piper. ©2014 Desiring God Foundation. Website: desiringGod.org