Que représente le Baptême

Romains 5:20–6:4

20 Or, la loi est intervenue pour que la faute soit amplifiée; mais là où le péché s’est amplifié, la grâce a surabondé.
21 De la sorte, comme le péché a régné avec la mort, ainsi la grâce règne par la justice, pour la vie éternelle, par Jésus-Christ notre Seigneur.
6 :1 Que dirons-nous donc? Demeurerions-nous dans le péché, afin que la grâce abonde?
2 Certes non! Nous qui sommes morts au péché, comment vivrions-nous encore dans le péché?
3 Ignorez-vous que nous tous qui avons été baptisés en Christ-Jésus, c’est en sa mort que nous avons été baptisés?
4 Nous avons donc été ensevelis avec lui dans la mort par le baptême, afin que, comme Christ est ressuscité d’entre les morts par la gloire du Père, de même nous aussi nous marchions en nouveauté de vie.

Voici aujourd’hui le dernier message de cette courte série sur le baptême. Je sais qu’il y a encore beaucoup à dire. Je suis désolé que certaines de vos questions restent sans réponse, mais nous aurons d’autres occasions de les aborder.

Souvenez-vous que nous avons décidé de parler de ce thème au début de l’été car nous croyons que le Nouveau Testament appelle à venir à Christ ouvertement et avec courage. Nous voulons voir des personnes qui sont croyantes arriver à témoigner en public et nous voulons voir des personnes devenir croyantes au travers de votre témoignage et du ministère de la Parole pendant tout l’été.

Pourquoi Jésus a-t-il ordonné l’acte du baptême ?

Quelquefois, nous pouvons nous demander pourquoi Jésus a ordonné l’acte du baptême. Pourquoi le baptême existe-t-il ? Si nous recevons le salut par la grâce, au travers de la foi, pourquoi instituer un rituel ou un acte symbolique pour mettre notre foi en action ? La Bible ne donne pas de réponse à cette question, mais l’expérience nous enseigne certains éléments.

Par exemple, après mon premier message, il y a trois semaines, une ancienne missionnaire aux Philippines est venue vers moi et a exprimé son appréciation sur cette série de messages et elle m’a dit pourquoi. Elle a dit qu’aux Philippines, il y a beaucoup de catholicisme nominal et de syncrétisme. Les convertis sont tolérés mais à peine remarqués dans leur famille, jusqu’à ce qu’ils se fassent baptiser. Les prédictions bibliques d’hostilité et de séparation deviennent alors réalité. Quelque chose dans cette déclaration d’une foi nouvelle rend très clair le positionnement de la personne et ce qu’elle est en train de faire. Autrement dit, dans de nombreuses cultures aujourd’hui, la situation est très semblable à celle de Jean Baptiste. Il est venu prêcher un baptême de repentance et ceux qui pensaient qu’ils avaient déjà tout ce dont ils avaient besoin étaient souvent fous de rage.

Cette même semaine, ce magazine missionnaire (The Dawn Report, du 30 Mai) est sorti. A la page 7, il y a une photo d’un homme qui se fait baptiser par un missionnaire dans un fleuve, avec la légende « les services en plein air et les baptêmes dans le fleuve sont souvent les meilleurs véhicules de croissance. » Nous ne connaissons tout simplement pas tout l’éventail des raisons pour lesquelles Dieu, dans sa sagesse, a prescrit le baptême comme un moyen normatif d’exprimer sa foi en Christ et d’identification avec lui-même et son peuple. Nous pensons à plusieurs raisons, mais nous n’arriverons probablement jamais à penser à tous les effets positifs auxquels Dieu a pensé. Finalement, c’est un acte de confiance en notre Père qui sait ce qu’il fait et nous sommes heureux d’obéir à son commandement.

Immersion ou aspersion ?

Aujourd’hui, je vais tenter de montrer à partir de Romains 5:20-6:4 un peu plus ce que signifie l’acte du baptême. Ceci répondra aussi à la question que certains d’entre vous se posent au sujet de la méthode à employer pour le baptême entre l’immersion ou l’aspersion. En fait, je vais commencer par une affirmation générale à propos de l’immersion en opposition à l’aspersion. Il y a au moins trois raisons de croire que le sens et la pratique du baptême dans le Nouveau Testament concernent l’immersion. 1) Le sens du mot ‘baptizo’ en grec est essentiellement ‘plonger’ ou ‘immerger’ et non asperger. 2) Les descriptions de baptême dans le Nouveau Testament suggèrent que les personnes descendaient dans l’eau pour être immergées. On ne leur apporte pas de l’eau dans un récipient pour qu’elle soit versée sur eux ou pour les asperger (Matthieu 3:6 : « dans le Jourdain », 3 :16 : « aussitôt baptisé, Jésus sortit de l’eau, » Jean 3:23, « parce qu’il y avait beaucoup de points d’eau, » Actes 8:38, « tous deux descendirent dans l’eau. » 3) L’immersion correspond au symbolisme de notre mise au tombeau avec Christ (Romains 6:1-4; Colossiens 2:12).

Nous ne passerons pas plus de temps sur ce sujet, mais laissez-moi dire que notre église et notre dénomination font du baptême par immersion un critère pour être membre dans la communauté locale (mais pas dans le corps de Christ universel). Nous ne croyons pas que la méthode employée pour le baptême soit un élément essentiel pour le salut. Et donc nous ne remettons pas en question le fait qu’une personne soit chrétienne sur la simple base de la méthode employée pour le baptême qu’elle a reçu. On peut demander : ne devriez-vous pas admettre comme membres ceux qui sont vraiment nés de nouveau mais qui ont été baptisés par aspersion en tant que croyants ? Il y a deux raisons pour lesquelles nous ne le faisons pas.

1) Pouvons-nous appeler une méthode humaine de baptême, « baptême », si nous croyons à partir de preuves évidentes que cette méthode est différente de la forme que Christ a inaugurée ? Ne serait-ce pas courir le risque de minimiser la signification que Christ a lui-même investi dans cette ordonnance ?

2) Les communautés locales chrétiennes, appelées églises, sont établies autour de convictions bibliques partagées, dont certaines sont essentielles pour le salut et d’autres non. Nous ne définissons pas l’alliance qui nous unit seulement par les croyances les plus étroites possibles que nous pouvons avoir en commun pour être sauvés. Nous croyons plutôt que l’importance de la vérité et l’autorité des Ecritures sont mieux respectées lorsque les communautés de foi chrétienne se définissent elles-mêmes par groupements de convictions bibliques et s’y tiennent, plutôt qu’en redéfinissant ce que signifie être membre chaque fois qu’une conviction est remise en cause. Lorsque différentes communautés chrétiennes peuvent faire cela tout en exprimant l’amour et l’affection fraternelle pour les autres croyants, la vérité et l’amour sont bien servis. Par exemple, le fait que de nombreux orateurs que nous invitons lors de la conférence de Bethlehem pour la formation des pasteurs, ne soient pas membres de cette église, révèle que nous prenons l’amour et l’unité au sérieux ainsi que la vérité.

Les points non-essentiels qui seront inclus d’une génération à une autre pour définir une communauté par rapport à une autre, dépendent de circonstances et d’évaluations diverses et de quelles vérités ont besoin d’être accentuées.

Ce que le baptême représente

Lisons maintenant Romains 5:20-6:4 pour comprendre ce que représente le baptême, et seulement accessoirement, les implications sur le mode de baptême. Mon but est ici de vous aider à voir la glorieuse réalité vers laquelle le baptême nous conduit afin que, principalement, vous saisissiez la réalité elle-même, et que, accessoirement, la beauté et la signification de l’acte touchent votre intelligence et votre cœur. Romains 5:20-6:4:

20 Or, la loi est intervenue pour que la faute soit amplifiée; mais là où le péché s’est amplifié, la grâce a surabondé.
21 De la sorte, comme le péché a régné avec la mort, ainsi la grâce règne par la justice, pour la vie éternelle, par Jésus-Christ notre Seigneur.
6 :1 Que dirons-nous donc? Demeurerions-nous dans le péché, afin que la grâce abonde?
2 Certes non! Nous qui sommes morts au péché, comment vivrions-nous encore dans le péché?
3 Ignorez-vous que nous tous qui avons été baptisés en Christ-Jésus, c’est en sa mort que nous avons été baptisés?
4 Nous avons donc été ensevelis avec lui dans la mort par le baptême, afin que, comme Christ est ressuscité d’entre les morts par la gloire du Père, de même nous aussi nous marchions en nouveauté de vie.

L’un des points très positifs à propos de ce texte est qu’il montre que si vous comprenez ce que le baptême représente, vous comprenez ce qui vous est arrivé lorsque vous êtes devenu chrétien. Beaucoup d’entre nous sommes venus à la foi et avons été baptisés à un moment où nous ne connaissions pas grand-chose. C’est bien. Nous sommes supposés nous faire baptiser au début de notre marche chrétienne, quand nous ne connaissons pas encore beaucoup de choses. Nous sommes alors supposés apprendre plus tard et de plus en plus ce que cela signifie.

Ne pensez pas : « oh, je dois retourner me faire baptiser. Je ne savais pas que le baptême avait toute cette signification. » Non, non ! Cela signifierait qu’il faudrait se refaire baptiser à chaque nouveau cours de théologie biblique que vous suivez. Réjouissez-vous plutôt que vous avez exprimé votre simple foi en obéissance à Jésus et que vous apprenez maintenant de plus en plus ce que cela signifie. C’est ce que Paul fait ici : il espère que ses lecteurs savent ce que leur baptême signifie, mais il continue en l’enseignant de toute façon, au cas où ils n’auraient pas compris, ou bien au cas où ils auraient oublié. Apprenez par ces versets ce que vous représentiez auparavant aux yeux de Dieu, et ce qui vous est arrivé lorsque vous êtes devenu chrétien.

Je ne vais parler que de deux aspects de ce que le baptême représente, selon ces versets:

1) Le baptême représente notre mort dans la mort de Christ. Les versets 3 et 4a disent : « Ignorez-vous que nous tous qui avons été baptisés en Christ-Jésus, c’est en sa mort que nous avons été baptisés? Nous avons donc été ensevelis avec lui dans la mort par le baptême, » Voici une grande vérité qui nous concerne nous, chrétiens. Nous sommes morts. Lorsque Christ est mort, nous sommes morts avec Lui. Cela signifie au moins deux choses. 1) Premièrement, nous ne sommes pas les mêmes personnes que nous étions ; notre ancienne nature est morte. Nous ne sommes plus les mêmes. 2) Une autre chose est que notre future mort physique n’aura pas la même signification pour nous qu’elle aurait eu si Christ n’était pas mort, et nous avec lui. Puisque nous sommes morts avec Christ, et il est mort pour nous, notre mort ne sera pas l’événement horrible qu’il aurait pu être. « O mort, où est ta victoire? O mort, où est ton aiguillon? » (1 Corinthiens 15:55). La réponse est que l’aiguillon et la victoire de la mort ont été avalés par Christ. Souvenez-vous ce que nous avons dit la semaine dernière : Il a bu tout le réservoir. (Analogie du péché à un réservoir de poison que Satan avait prévu pour nous détruire.)

Remarquez la répétition de la préposition « en » dans les versets 3 et 4. Baptisés « en Christ Jésus, » et baptisés « en sa mort » (verset 3), le baptême « en sa mort » (verset 4a). Cela nous dit que le Baptême représente notre union avec Christ, c'est-à-dire que nous sommes unis à lui spirituellement afin que sa mort devienne notre mort et que sa vie devienne notre vie. Comment pouvons-nous vivre cela ? Comment savoir si cela est arrivé dans notre vie ? La réponse est que cela est vécu par la foi. Vous pouvez lire cela dans les versets parallèles. Galates 2:20 fait le lien avec la foi : « Je suis crucifié avec Christ, et ce n’est plus moi qui vis, c’est Christ, qui vit en moi; ma vie présente dans la chair, je (la) vis dans la foi au Fils de Dieu, qui m’a aimé et qui s’est livré lui-même pour moi. » Autrement dit, le moi qui est mort avec Christ, était ma nature rebelle, et le moi qui est venu à la vie est ma nature qui vit dans la foi, « ma vie présente dans la chair, je (la) vis dans la foi au Fils de Dieu. » Et le fondement de tout cela est mon unité avec Christ « Christ vit en moi, » et je vis en Lui en union spirituelle avec Lui. Sa mort représente ma mort et sa vie est vécue dans ma propre vie.

On peut trouver une autre illustration de cela dans Colossiens 2:6-7a : « Ainsi, comme vous avez reçu le Christ-Jésus, le Seigneur, marchez en lui; soyez enracinés et fondés en lui, affermis dans la foi... » Ici encore, vous pouvez voir que la foi en Christ est le moyen d’expérimenter votre union avec Christ. Vous le recevez comme Seigneur et Sauveur et dans cette foi vous êtes uni à Lui, vous marchez « en Lui » et vous êtes édifié « en Lui ».

Alors, quand Romans 6:3-4a dit que nous sommes baptisés ‘en Christ’ et ‘en sa mort’, je crois que cela signifie que le baptême exprime la foi par laquelle nous expérimentons notre union avec Christ. C’est probablement pourquoi Dieu a institué le sacrement du baptême pour représenter la mort. Il représente la mort que nous expérimentons lorsque nous sommes unis à Christ. C’est pourquoi nous sommes immergés : c’est le symbole d’un enterrement.

Alors sachez, vous qui êtes croyants, que vous êtes mort. Votre ancienne nature a été crucifiée avec Christ. C’est ce que votre baptême signifie.

2) Le baptême représente le renouveau de notre vie en Christ. Verset 4 : « Nous avons donc été ensevelis avec lui dans la mort par le baptême, afin que, comme Christ est ressuscité d’entre les morts par la gloire du Père, de même nous aussi nous marchions en nouveauté de vie. » Personne ne reste sous les eaux du baptême. Nous ressortons de l’eau. Après la mort vient la vie. L’ancienne nature incrédule et rebelle est morte lorsque je me suis uni à Christ par la foi. Mais à l’instant où mon ancienne nature est morte, une nouvelle nature est venue à la vie, une nouvelle personne spirituelle, pour ainsi dire, s’est relevée de la mort.

Le commentaire le plus crucial à propos de cette vérité est Colossiens 2:12. Paul dit : « Ensevelis avec lui par le baptême, vous êtes aussi ressuscités en lui et avec lui, par la foi en la puissance de Dieu qui a ressuscité Christ des morts. » Remarquez que nous sommes ressuscités avec Christ tout comme Romains 6:4 dit que nous marchons « en nouveauté de vie ». C’est l’œuvre de Dieu qui l’a ressuscité des morts tout comme Romains 6:4 dit que Christ a été ressuscité des morts par la gloire du Père. Cela se passe au travers de la foi par l’œuvre de Dieu qui a ressuscité Jésus des morts.

Il est donc explicite dans Colossiens 2:12, ce que Romains 6:4 dit de façon implicite, que le baptême exprime notre foi en l’œuvre de Dieu qui a ressuscité Jésus des morts. Nous croyons que Christ est vivant, sorti du tombeau et qu’il règne aujourd’hui à la droite du Père au Ciel d’où il reviendra en puissance et en gloire. Et cette foi dans l’œuvre de Dieu, la gloire de Dieu comme Paul l’appelle, est la façon dont nous partageons la nouveauté de vie que Christ possède en Lui-même.

En fait, la vie nouvelle est la vie par la foi dans la gloire de l’œuvre de Dieu. « Je suis crucifié avec Christ, et ce n’est plus moi qui vis… ma vie présente dans la chair, je (la) vis dans la foi au Fils de Dieu… » (Galates 2:20) Ma nouveauté de vie est ma vie jour après jour dans la confiance en l’œuvre de Dieu, la gloire de Dieu.

Le baptême représente ce qui nous est arrivé lorsque nous sommes devenus chrétiens

Résumons et concluons. Le baptême représente ce qui nous est arrivé lorsque nous sommes devenus chrétiens. Voici ce qu’il s’est passé : nous avons été unis à Christ. Sa mort est devenue notre mort. Nous sommes morts avec Lui. Et à cet instant, sa vie est devenue notre vie. Nous vivons maintenant la vie de Christ qui est en nous. Et tout cela est expérimenté par la foi.

Voici ce que signifie être chrétien : vivre dans la réalité de ce que notre baptême représente. Jour après jour, nous nous détournons de nous-mêmes et nous regardons à Dieu en disant : « Grâce à Christ, ton Fils, je viens à Toi. En Lui je t’appartiens. Je suis chez moi en toi. Il est ma seule espérance d’être accepté par toi. Je reçois cette acceptation à nouveau chaque jour. Mon espérance est fondée sur sa mort pour moi et sur ma mort en Lui. Ma vie en Lui est une vie de foi en Toi, Père. Grâce à Jésus, j’ai confiance en ton œuvre en moi et pour moi. La même puissance et la même gloire que tu as utilisées pour le ressusciter des morts, tu l’utiliseras pour m’aider. Je crois en cette promesse d’une grâce à venir, et en cela est mon espérance. C’est ce qui renouvelle ma vie. O Christ, combien ce que mon baptême représente est précieux! Merci d’être mort avec moi et de m’avoir donné une nouvelle vie. Amen. »

©2014 Desiring God Foundation. Used by Permission.

Permissions: You are permitted and encouraged to reproduce and distribute this material in its entirety or in unaltered excerpts, as long as you do not charge a fee. For Internet posting, please use only unaltered excerpts (not the content in its entirety) and provide a hyperlink to this page. Any exceptions to the above must be approved by Desiring God.

Please include the following statement on any distributed copy: By John Piper. ©2014 Desiring God Foundation. Website: desiringGod.org